•  

     

    Un peu profond ruisseau…

     

     

    Le site Oedipe le Salon publie mon texte "Le moindre de celle qui écrit", inspiré par la lecture du livre de Catherine Millot : 

     

    Un peu profond ruisseau

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    alors qu'invisible, je restai à l'arrêt...avec Tomas Tranströmer

     

    Pas de vides nulle part ici.

     

    Merveille que de sentir mon poème qui grandit

    alors que je rétrécis.

    Il grandit, il prend ma place.

    Il m’évince.

    Il me jette hors du nid.

    Le poème est fini. 

    (p. 125)

     

    ***

     

    Las de tous ceux qui viennent avec des mots, des mots

    mais pas de langage,

    je partis pour l’île recouverte de neige.

    L’indomptable n’a pas de mots.

    Ses pages blanches s’étalent dans tous les sens !

    Je tombe sur les traces de pattes d’un cerf dans la

    neige.

    Pas des mots, mais un langage. 

    (p. 244)

     

    Tomas Tranströmer, Baltiques, Poésie / Gallimard, 2004, traduit du suédois.

     


    votre commentaire
  •  

    Pour Marc Caumel, collègue psychanalyste, dans l'au-delà

     

     

    Si la parole perdue est perdue, la parole dépensée dépensée 

    Si la parole inentendue, improférée

    Est improférée, inentendue:

    Pourtant demeure la parole improférée, la Parole inentendue, 

    La Parole sans parole, la Parole dans 

    Le monde et pour le monde :

    Et la lumière brilla dans la ténèbres à

     à l'encontre du Monde le monde inapaisé continua de

    tournoyer 

    Autour de la Parole silencieuse. 

     

    (Thomas Stearns ELIOT, La terre vaine et autres poèmes,

    traduit de l'anglais par Pierre Leyris, éditions du Seuil, 1976, p. 133.)

     

     

    Mercredi des cendres, V

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    Bonjour à toutes et à tous,


    Je vous convie très chaleureusement à une nouvelle séance publique de mon Séminaire "Création&Psychanalyse: réverbérations", une rencontre-entretien avec l’écrivain Jean-Claude Hauc autour de Giacomo Casanova et son rapport à l’écriture.  


    Cet événement proposé dans le cadre des enseignements de l'ALI-Languedoc-Roussillon  aura lieu le samedi 10 avril à 14h30 dans la salle de l'Association VIA Voltaire, au 1 rue Voltaire, 34000 Montpellier.

    Entrée libre avec inscription préalable.

     

    Séminaire Création&psychanalyse: réverbérations--une rencontre avec l'écrivain Jean-Claude Hauc autour de Casanova et son écriture

     

     

    Casanova et son rapport à l'écriture

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Luminitza CLAUDEPIERRE TIGIRLAS

    Psychanalyste et Psychothérapeute, 

    Docteure en psychopathologie et psychanalyse de Paris 7

     

    Cabinet libéral:

    369 Rue Philippe Castan,

    App. B102, Domaine des Pins

    34090 Montpellier

    Sur RDV:

    Fixe: 09 75 57 11 40

    Portable: 06 20 36 74 71

     

    E-Mail : luminitza.tigirlas@gmail.com

    Mon site professionnel:  

    Luminitza Claudepierre Tigirlas Psychanalyste à Montpellier

     

    Luminitza C. Tigirlas est mon nom de plume.

     


    votre commentaire
  •  

     

    Lui qui nous regarde de ses yeux sans horizon, il n'est que ce qu'il nous concède dans ce mirage quotidien. Il est ailleurs, dans la nuit, autour de la Terre, en survol permanent. Il est ce que veut bien qu'il soit la Syntaxe: déferlement incessant de météores, de mots fantastiques, de monstres du langage dont la loi se soutient de ces deux grandes figures énigmatiques du Grand-Père et de la Grand-Mère. 

    Comment progresser vers "lui"? Dans ce désert sans fin, sans pourtour ni centre, sans départ, on risque de ne trouver que soi-même: inconnus lointains, fantômes évanescents, concrétions étranges et quasi inutiles. Il faut passer outre et continuer le chemin. Il est celui d'un domaine où "lui", l'Aimable Jayet, il règne: il est cet espace; sa présence est sensible; elle est compacte, bruissante d'ailes agitées. Il est la "Rumeur".

    Comment recueillir l'insaisissable? Tout nous porte à croire qu'il y aune plate-forme, un belvédère qu'il nous faut atteindre pour être au plus proche: l'Oubli.

     

    Jean Oury, Essai sur la création esthétique, Hermann, 2008, p.50.

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Heureuse de participer en belle compagnie avec mon triptyque "Halée par Rimbaud" à l'Anthologie "Dire oui", parue grâce aux bons soins de Florence de Saint-Roch que je remercie du coeur, ainsi que l'équipe de rédaction de  "Terre à ciel".

     

    Luminitza C. Tigirlas dans « Dire oui » de Terre à ciel

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires