•  

     

    « Ça crée »

    à propos du livre de Luminitza C. Tigirlas,

     Avec Lucian Blaga, poète de l’autre mémoire, éd. du Cygne, 2019. 

    Toute ma reconnaissance  à Christian Fierens, 

    qui publie cette Note de lecture sur le site  

     

    de l'Association Lacanienne Internationale :

     

    https://www.freud-lacan.com/getpagedocument/28086

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    La transparence est en perdition

    Plus rien que la fêlure

    ses parois déchirées au plus près

    de ma bouche / éteinte la première

     

    Même pas l’aiguille d’un son

    Ni le bec du héron qui marie l’eau

    au limon / qui l’a prend / polygame 

    La touffeur roussit la rive

     

     

     

    ( © Luminitza C. Tigirlas, La transparence est en perdition, 

    dans  Poèmes de la soif matinale, Série d'inédits, 2019.

    © Tous droits réservés ) 

     

     

     

     

    Datura ou Rose?

     

    Chez moi - Datura en rose. Photo de Luminitza C. Tigirlas

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    La voix, jetée vers le ciel... avec Pascal BOULANGER

     

    Rosée

    à Adèle et à Nora

     

    Sur la falaise

    la maison est prise de vertige

     

    Quand on me fermera les yeux sur le vent

    Il ne faudra pas pleurer

    mais dans la rosée de l'herbe

    célébrer mes noces aux vitraux du ciel. 

    p. 294

     

    Jamais ne dors 

    extrait 

     

    C'est de l'exil qu'elle reçoit ma parole, c'est parce que nous sommes séparés 

    qu'elle m'aime aveuglement

    Elle prend garde à la tentation de l'abîme, mais s'en tient proche car sans sa résonance, que peut-elle entendre du monde? 

    à l'heure où elle m'écrit, elle souffre avec bonheur d'un manque absolu de

    moi. Elle ne sait si elle écoute ou si ce qui l'entoure l'écoute. 

     

    Elle comprend qu'il est vain d'éluder tout ce qui surgit, tu la dénudes de sa

    robe de deuil...

    Il ne m'est pas nécéssaire de la regarder pour la voir. D'ailleurs, la nuit

    tombe, elle ne me cache rien...

    Si ce n'est sa pudeur, son écart contre toi

    Le silence croît démesurément ainsi que sa foi.

     

    Quand les mots manquent parce qu'ils sont épuisés

    La voix, jetée vers le ciel, devient axe du monde

    p. 159

    Pascal Boulanger, TRAME: Anthologie 1991-2018 suivie de L'AMOUR Là, éd. TINBAD, 2018.

     

    TRAME suivi de L'AMOUR Là

    Le fil liant de "La fileuse de l'invisible - Marina Tsvetaeva" m'a rapproché

    de la "Trame: Anthologie 1991-2018 suivie de L'amour là", éditions Tinbad, 2019, 

    livre offert par son auteur Pascal Boulanger que je remercie de tout coeur

    et que j'ai le grand plaisir d'accueillir sur mon site .

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    "Là forêts ourlent"... avec Esther  Tellermann,

    ma prochaine invitée à la soirée

    "La poésie à gorge déployée"

    le 19.09.19, 20h à A.L.I.-Lyon,60 rue des Rancy 

     

    Oui plus haut

    que nous sont

    un autre alphabet

    d'autres

            chiffres.

    Saviez-vous les horizons

    qui      basculent

    débordent

            l'épaisseur

    anses pour mourir

           dans le lieu

    que n'inquiète

    aucune mémoire?

    Là forêts ourlent 

          nos fosses

    ensevelissent 

          le Verbe.

     

    (Esther  Tellermann, Un versant l'autre, Flammarion, 2019, p. 30)

     

     

     

    Un versant l'autre

     

     

    https://luminitzatigirlas.com/2019/08/18/la-poesie-a-gorge-deployee-avec-esther-tellermann/

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    L’aube s’est déchirée des célestes

    Ma gorge s’est blessée

    d’être le cri   le visage   la fissure

    de ce jour à présages

     

    J’ai su qu’il y aura danse

    autour de la touffe de livèche :

    que les fourmis tourneront

    plusieurs fois la feuille

    avant que la reine n’ovule

    à même les trous dans le vert

     

    L’aube a ouvert la terre

    et j’ai vu pondre la faim

     

    ( © Luminitza C. Tigirlas, L’aube s’est déchirée ,

    dans  Poèmes de la soif matinale, Série d'inédits, 2019.

    © Tous droits réservés ) 

     

     

    Luminitza C. Tigirlas le 19 juillet 2019 devant "mon château" à Saint-Priest

     

     

     

    Luminitza C. Tigirlas le 19 juillet 2019: devant "mon château" à Saint-Priest (Lyon)

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    Toute ma reconnaissance va aux  Editions  Tarabuste,

    à son Comité de lecture,

    à Tatiana Levy & Djamel Meskache et toute l'équipe éditoriale. 

     

    Très heureuse d'avoir reçu l'exemplaire de

    l'Anthologie TRIAGES, Voix Unes & Premières, 2019

    avec mon 

    FOHERION (cosmose - le ballet) en 28 poèmes.

     

     

    FOHERION (cosmose - le ballet)

     

     

     

    FOHERION (cosmose - le ballet)

     

    FOHERION (cosmose - le ballet)

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    Merci à Murielle Compère-Demarcy pour sa lecture 

    de mon essai "Avec Lucian Blaga. Poète de l'autre mémoire"

     

    dans "La Cause littéraire":

     

    http://www.lacauselitteraire.fr/avec-lucian-blaga-poete-de-l-autre-memoire-luminitza-c-tigirlas-par-murielle-compere-demarcy

     

     

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires