• 400 tours

     

     

     

    L'essorage du verbe sera toujours indélicat. 

    Ce verbe

    est le sang même du fantasme 

    et ne se renouvelle que par de transfusions atemporelles et

    timidement spatiales.

    Ce jour

    il monte à tes lèvres uniquement par ces bords affamés.

    L'assèchement

    imbrique le verbe à 400 tourments dans

    la couleur argile...

    Dans cette lumière confondue avec l’obscurité personne ne bronche et tu entends

    s'embrouiller ta propre respiration.

    Pourquoi,

    me demandes tu, la sève de ce mot ne redonne éclat à la vielle transparence?

    Cependant elle monte comme l'eau à la bouche...

      Après 1200 tours de tambour:

    lambeaux!

    Tes anciennes dentelles  chatouillent la chair avec ton culot.

      

    Luminitza C.Tigirlas, 9-16 septembre 2018

     

    400 tours

     

    Doïna  VIERU (technique mixte sur papier, 2018)

     

     

     

     

     

    « Alerte aux réverbérations ()10Le blanc et le noir »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :