• Alerte aux réverbérations ()1

     

     

     

    Les aiguillages de la rive Est ne jouent pas encore leur partition.

    La nuit n'en finit pas de se tordre dans sa mélasse et les fourches de l’acoustique diurne ne sont pas embranchées.

    Les fils imperceptibles pendent flapis entre l’émetteur ensommeillé et le récepteur présumé tout aussi vivant que multiple.

     

    L’Aiguilleur-du-Ciel-sonneur, qui n’est pas toi, se tient prêt pour transvaser la matière sonore dans la volupté des réverbérations.

    Il est seul à la besogne.

     

    Le Dieu-Haleur détourne souvent le radeau phonique pour l'immerger dans la tourbe.

     Qu’aurait-il encore à taire ? 

     

    (Prose poétique inédite de Luminitza C. Tigirlas.

    ...à suivre au gré des jours)

     

     

     

    « Un cri dans le désertTALISMAN de Valérie Canat de Chizy »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Louvin
    Vendredi 31 Août à 11:08
    Louvin

    Un cri apprécié dans le vide de la pensée ... actuelle. Que vive la poèsie et s'active la pensée. Ce cri est nécessaire et nous rassure, tout n'est pas absorbé par l'ogre éponge de la pensée unique.

    Reste quelques bougies qui veillent.

    Merci

    2
    Vendredi 31 Août à 15:42

    Bonjour, 

    Merci à vous d'avoir entendu "le cri".

    Les réverbérations vont suivre...

    à bientôt,

    Luminitza C. Tigirlas

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :