• Alerte aux réverbérations ()10

     

     

     

    …suite

     

    Toujours à l’orée du couchant / le même rivage apparaît tantôt hespérique tantôt occidental = le même.

    Son flanc tourne au gré des sentences amendées par l’Aiguilleur-du-Ciel-sonneur, qui n’est pas toi.

     

    Ouh …pouh …pou / c’est le chant d’un autre / un crapaud sonneur à ventre de feu. Le pionnier du temps doux se tient dans l’eau timide du bord.

    Et encore plus discrètement une série de Ouh Ouh ne me touchez pas, je suis venimeux…

     

    Le Dieu-Haleur l’attrape avec une pelle et l’écarte de sa mère.

    Muet, le sonneur plonge ses yeux globuleux d’amour dans une mare de l’Est.

     

    (Prose poétique inédite de Luminitza C. Tigirlas.

    ...à suivre au gré des jours)

     

     

     

     

    « Madonna dell’Orto 400 tours »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :