• Alerte aux réverbérations ()3

     

     

     

    Eh-Oh-Eh ! La nuit crachouille dans le flot de parole :

    Elle aurait pu. Elle aurait pu. Elle aurait pu. /

    Te donner la main.

    Te prendre la main.

    Mais c’est une mère qui se trouve toujours de l’autre côté. /

     

     Le fleuve de l’abstraction ne supporte que les écartèlements de rigueur.

    Il faut de l’Est et de l’incantation pour attirer l’autre rive.

    Le Dieu-Haleur trébuche au milieu du geste vocal—Vain Vain Vain…/

    L’Aiguilleur-du-Ciel-sonneur, qui n’est pas toi,

    embrume la phrase avec les accents d’un alphabet d’importation.

     

    (Prose poétique inédite de Luminitza C. Tigirlas.

    ...à suivre au gré des jours)

     

     

     

     

     

     

     

    « REQUIEM 11Alerte aux réverbérations ()4 »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :