• Alerte aux réverbérations ()6

     

     

     

    ...suite

    Le Dieu-Haleur affectionne toujours le noir mais il ne se souvient plus comment c’est... / lorsqu’on est l’enfant de sa mère /

     

    Émergé de sa fluidité matricielle, il enferma ses premières sensations dans une minuscule sphère de malachite. Qui la voit suspendue à son palais ? Di-Di-Di !

    Ses cordes vocales papillonnent, la capsule mémorielle paraît une troisième de leurs ailes.

     

    Toute une fantasmagorie intime, les effusions de sa mère infiltrent sa voix.

    L’essor vocal du jeune Dieu-Haleur n’est que vagissement liquide : naissez algues obscures ! Qui vous corrompe ?  

     

    (Prose poétique inédite de Luminitza C. Tigirlas.

    ...à suivre au gré des jours)

     

     

    « Respiration(*26) Alerte aux réverbérations ()7 »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :