• Corps rassemblé

     

     

     

    à même la racine     ...avec Esther Tellermann

     

    Et s'enlacent à votre

             respiration

    des soupirs et des rondes

             car vous

    convertissiez     la folie

    et les cimes

    en un regard

    que ploie

            le blanc sous

    les métamorphoses

    (p. 49)

    *

    Puis je revins

    dans le cadre

    vous laisse

         peindre

         un présent

    corrompu par

    l'odeur des aisselles

    des sueurs âcres

            ô soeur

    Ariane

    j'avais rapporté

        ta douleur

        et ton poids.

    (p. 96)

     

          Alors

    orgues soupirent

    la plaine

    puisqu'un jour déjà

        après l'autre

    se penche dans

       encadrure

    rapporte le lilas.

    Il ne s'éteint

    quand votre genou

    se retire

           pour dire

    un horizon

    qui s'empourpre

            sur

    ce qui déjà n'est

           plus.

    (p. 112)

     

    Esther Tellermann, Corps rassemblé, éditions Unes, 2020.

     

    Corps rassemblé

     

     

     

    « Vasile Alecsandri - le Mistral roumainMon triptyque "Halée par Rimbaud" »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :