•  

     

    contre le ciel ... avec Esther Tellermann

     

    J'étais allée

    contre le ciel

    je voulais que 

    tu me nommes

    au lieu de

    ta poussière

    plus

    au lieu d'une

    implosion

    d'une enfance

    parmi les sols

    d'abandon

    les chaos des routes

    humides

    les mousses

    un peu de peau

    repliée.

     

    Esther Tellermann, Sous votre nom, Flammarion, 2015, p. 36. 

     

     

    Sous votre nom

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    dans le vertige effrayant et calme ...avec Matthieu Messagier

     

     

    Les chiens dorment dans mon vide

    j'étreins leur inconstance

    et soumets mon vertige sorti du sommeil

    aux soupirs

    ronflements 

    grognements

    qu'ils laissent échapper à l'avidité

    de l'après-midi caniculaire

    qu'ils laissent échapper

    aux riens pleins

    qui nous restent

    aux  chiens et moi

    dans le vertige de l'après-midi caniculaire

    dans le vertige effrayant et calme

    de l'après-midi

    entre celle de hier 

    et celle de demain

     

    Matthieu Messagier, Poèmes sans tain: autres sauvageries, poems,

    Flammarion,  2010, p. 233.

     

     

    les routes coupées

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Sur le fleuve ...avec Silvia Baron Supervielle

     

     

    demain tourne et retourne

    à cette station du présent

    sans rêves et sans prières

    où le paysage proche innommé

    raccorde l'attente à l'aube

    la lumière au jour qui s'en va

    entre des gares sans arrêts

    on ne peut pas ouvrir la porte

    ni freiner l'allure ni sauter

    rien ne conduit le temps

    qui ne change pas de voie

    jusqu'à ce que le vide

    rouille le rail

     

     

     

    Silvia Baron Supervielle, Sur le fleuve, Arfuyen, 2013, p. 83. 

    Prix de Littérature Francophone Jean Arp 2012.

     

     

     

    ...ni freiner l'allure ni sauter

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    ...qui dans un souffle ...avec Isabelle Lévesque

     

     

    Souffle, souffle sur moi et tu apparaîtras. Qui es-tu,

    mon inconnu? Qui es-tu, venu troubler l'eau claire d'un

    tourbillon? Qui es-tu, fraîcheur nouvelle emportée? Qui

    est cet homme, mien-léger, qui dans un souffle a effacé le

    vide? 

     

    Peau vivante et nue, laisse les fleurs. Rien n'a plus

    cours et le passé vide son fardeau.

     

     

    Isabelle Lévesque, Ravin des Nuits que tout bouscule , Les écrits du nord, Editions Henry, 2014,  p.  23.

     

     

     

    Ravin des Nuits...

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     Batailles d'enfants      ...avec Roger Dextre

     

    (extraits)

    La nuit on entend la pagaille des ruisseaux ,

    ou un seul bruissement: feuilles,

    ramures les unes contre les autres, rivière, vent,

    souffle du vent, parois des murs, nuages, on

    entend la nuit seule,

    abreuvant d'ombre ce qui vient, 

    alors le matin les mots sont

    là ou pas —

    Batailles d'enfants, —

    ou ne sont pas là,

    ou se sont réveillés, seuls,

    avant

    dans la nuit

    dont les délivre le jour,

    seuls ici encore dans la nuit

    dont les délivre le jour.

     

     

    Roger Dextre, Entendements et autres poèmes, La rumeur libre éditions, 2012, p. 48-49.

     

     

    Autre saison

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    Abandonner ce qui abandonne    ...avec Pascal Quignard

     

    ... dans les  Larmes de Saint Pierre de Malherbe, la langue a  abandonné la parole nocturne. Si la honte naît avec ce crépuscule de la nuit qu'est toute aube, alors c'est le silence qui vient avec le jour:

     

           Le jour est desja grand et la honte plus claire

    De l'apostre ennuyé l'avertit de se taire.

    Sa parole se lasse et le quitte au besoin.

    Il voitde tous costez qu'il n'est veu de personne.

    Toutefois le remors que son ame luy donne

    Tesmoigne assez le mal qui n'a point de témoin.

     

         Abandonner ce qui abandonne. Abandonner ceux qui abandonnent.

     

    La honte pudique, la honte crépusculaire dans la souffrance de l'amour, la honte qui précède l'étreinte  dans la nuit, la honte qui préfère l'ombre et le remords, les reliques, les chants, les larmes, l'étoffe de crêpe, le voile, la couleur noire -- on nommait autrefois ce mouvement de deuil. le mot français de deuil vient du latin douleur. Le dolor latin vient d'être battu.

     

     

     

    Pascal Quignard "La haine de la musique", Gallimard, 2012, p.97-98.

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    ... avec Jean Pierre Vidal / son livre  dans ma bibliothèque

     

    Nudités heureuses, accordées au monde dans une nécessité qui est joie.

    Diversité infinie des formes de la Vie

    minérale végétale animale humaine

    cosmique

    où je me trouve relié par nature sous le ciel dans

    l'air et devant l'océan.

     

    Les choses sont simples

    le ciel les nuages

    la forêt sans limites

    le sable le soleil

    et les corps nus infimes provisoires nécessaires

     

    C'est comme si je n'existais plus

    ma vie est calme réduite au souffle

    la parole se fait rare heureuse

    il n'y a plus de guerre entre le monde et moi

    une bienveillante indifférence

    m'accueille et me donne forme

    l'angoisse se dissout dans le vaste

    qui m'enclot sans m'étouffer. 

     

     

    Jean Pierre Vidal, "Exercice de l'adieu", éditions Le Silence qui roule, 2018, p. 21-22.

    (Fragment publié avec l'aimable permission de l'auteur.)

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique