• Le ciel est limpide jusqu’à...

     

     

     

    Idiome …avec Andrea Zanzotto

     

    Le ciel est limpide jusqu’à

    être inconnu

    Tout est intoxiqué par le soleil

    Moi, sous lui, je tousse en ce

    Bruissement d’êtrifications

    et je suis distrait,

    des plus distraits par la violence

                                       d’un froid

    qui ne fait pourtant rien de mal

     

    Je lorgne des solitudes

    Autrefois miennes        désormais uniquement

                                         à elles-mêmes

    Tous les reproches semblent se calmer

                                         en reflétant

    Tout est distraction et

                                         peut-être moins, un

    peu moins que prévu, peine

     

    Andrea Zanzotto, Idiome, José Corti, 2006, p. 193.

     

     

     

     

    « Partage-toi, nuit Alerte aux réverbérations ()12 »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :