• Mercredi des cendres, V

     

    Pour Marc Caumel, collègue psychanalyste, dans l'au-delà

     

     

    Si la parole perdue est perdue, la parole dépensée dépensée 

    Si la parole inentendue, improférée

    Est improférée, inentendue:

    Pourtant demeure la parole improférée, la Parole inentendue, 

    La Parole sans parole, la Parole dans 

    Le monde et pour le monde :

    Et la lumière brilla dans la ténèbres à

     à l'encontre du Monde le monde inapaisé continua de

    tournoyer 

    Autour de la Parole silencieuse. 

     

    (Thomas Stearns ELIOT, La terre vaine et autres poèmes,

    traduit de l'anglais par Pierre Leyris, éditions du Seuil, 1976, p. 133.)

     

     

    Mercredi des cendres, V

     

     

     

     

    « Casanova et son rapport à l'écriturePas de vides nulle part ici. »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :