•  

     

     

     

    L'année 2018 n'est pas encore fini !

    Elle m'apporte  dans la boîte aux lettres

    la Revue Alsacienne de Littérature N° 130.

    Dans la rubrique VOIX MULTIPLES,

    j'ai la surprise de découvrir mes poèmes,

    des extraits d'un ensemble inédit intitulé Aoûtement,

    que j'avais confié au comité de rédaction.

    Je reste d'autant plus reconnaissante à cette belle revue

    qui m'a fait déjà l'honneur de publier

    un autre ensemble de mes poèmes dans son N° 127.

     

     

     

     

     

    La suite de cet ensemble est à lire dans

    la Revue Alsacienne de Littérature N° 130, 2018.

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    je me lève ébouriffée     ... avec Anna Jouy

     

    je me lève ébouriffée


    l’araignée de mes mains tisse la bonne aventure


    c’est un pas en équilibre sur un fil chagrin


    par poignées les herbes de la tête tombent

     
    flic flac la faux

     
    j’aurai l’air d’une planète dans une bulle de neige


    quelque part autour des griffons et des anges


    connaissent la moisson


    ils labourent et sèment la nouvelle saison


    je serai sous le signe des jachères


    une terre en cortège


    les sillons fendus, la mer par-dessus.

     

     

    Anna Jouy, 13 février 2018, dans 

    Journal poétique / www.jouyanna.ch

     

    Tous droits réservés © Anna Jouy 2015

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    "Le vent s'émeut en vertu" est le titre que j'ai donné à un ensemble de treize poèmes qui vient de paraître dans la revue "Traversées" N° 89, 2018, p. 39-51. Toute ma gratitude à Patrice BRENO et au Comité de lecture de cette remarquable revue qui m'honorent en me publiant pour la deuxième fois après m'avoir accueillie dans le N° 84, 2017, p.134-140 avec l'ensemble de poèmes "Chevauchée au gluau". Notre histoire se tricote (se fait couverture aux nœuds) avec des mots noués aux fils des Parques, les Tria fata : Morta est peut-être la première à être éprise de poésie... 

     

     

     

     

    Le vent s'émeut en vertu

     

     

     

     

     

    Le vent s'émeut en vertu

     

     

     

    La suite de cet ensemble de  mes poèmes

    est à lire dans la revue "Traversées", N° 89, 2018, p. 39-51.

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  

     

     

     

    …suite

    Le vent d’hier a oublié ses béquilles sur la rive Est. C’est la rive claudicante.

     

    Pyreta arrose les cannes de l’aquilon, elles poussent de petits cris verdoyants qui enlacent les saules, leur blanc fuyant. 

    L’amour les empourpre et une lumière se déhanche dans l’eau comme dans l’air — on l'entend écheveler les roseaux  :

    Oya-Oya-a-a Oya-Oy-ai-é

     

    Temps ivre de pépiement…

     

    Le Dieu-Haleur reboit à la source du premier son et la rive d’OùEst le cajole en écho

    Avant que la glace ne dentelle la voix de Pyreta-rivière, l’Aiguilleur-du-Ciel-sonneur, qui n’est pas toi, l’ensemence de poèmes émiettés en feux-follets

     

    Leur respiration fait fondre la frontière

     

     

     

     

    (Prose poétique inédite de Luminitza C. Tigirlas.

    ...à suivre au gré des jours)

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    ...être dans la forge des éditions de Corlevour avec Marina Tsvetaeva!
     

     

    J'en suis honorée et particulièrement touchée,

    merci de tout coeur à Réginald Gaillard

    et au Comité de lecture de cette maison qui accueille mon essai

    et j'attends avec impatience avril 2019.

     

    "Fileuse de l'invisible--Marina Tsvetaeva"

    viendra donner plus de corps à mes tentatives d'approcher le sacré

     
    en interrogeant le sacrifice de l'amour au nom de la création 

    dans la suite de la parution de mon

     
    "Rilke-Poème élancé dans l'asphère" (L'Harmattan, 2017)

     

    Le troisième poète de mes rencontres

    dans ce cheminement sera le Roumain Lucian BLAGA.

    D'ailleurs tout avait commencé avec lui et

    le Maître Manole de la légende roumaine du même nom...

     

     

    Fileuse de l'invisible - Marina Tsvetaeva (à paraître chez Corlevour)

    (couverture provisoire)

     

     

     

    https://www.facebook.com/reginald.gaillard?__tn__=%2Cd*F*F-R&eid=ARDVhwX4A3pQQbPJ498PZQsKVVyN19g6KCMm6_QkxdbpNppxdx8jm-xLjtV4hSQf0OpIKQvMji-LomHi&tn-str=*F   

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Mes très chaleureux remerciements à Julien Alliot, 

    Agrégé d’anglais, docteur en

    littérature britannique, que je ne connais pas personnellement,

    pour sa lecture généreuse et fidèle

    à mon désir de transmission de ce qui a fait pour moi

    rencontre avec la poésie de Rainer Maria Rilke.

    Son texte a été accueilli dans le cadre du Cabinet de lecture

    de « La revue Lacanienne », n° 19, 2018 (1), revue que je  remercie aussi

    pour l’honneur qu’elle me fait de s’intéresser ainsi à mon écriture.

     

    Voici ce texte en accès libre sur Cairn.info:

    Luminitza C. Tigirlas, Rilke-poème. Élancé dans l’asphère

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    …suite

    Pyreta respire l’évanescence des clameurs qui la rompent entre elle-même et les contours de son fils.

    Las d’elle ou lâché par sa voix, le Dieu-Haleur se perd dans le virage écrit / Un texte de boue argileuse le fait prendre corps de trop/ l’imprime à demeure/

    Le grain des pages n’y est pour rien.

    À tire-d’aile, cette nuit s’abat laiteuse — les nuages de ta neige sont encore excités par le dernier poème d’O.M.

    Les tournants s’accélèrent au-dessus d'Ungheni, ville de la rive Est. Sur le pont pré-ferré, l’Aiguilleur-du-Ciel-sonneur, qui n’est pas toi, accorde les rails dissonants / largo largo /...entre deux lambeaux d'une même terre

    Pour une dé-cantate

    Ou Requiem à la seule perte que tu désires ardemment:   cette frontière doit, doit chuter !

     

    (Prose poétique inédite de Luminitza C. Tigirlas.

    ...à suivre au gré des jours)

     

     

     

     

     


    votre commentaire