•  

     

    I.

     

    1980, Règne des RonronneMents de Brejnev : L’Université d’État de Chisinau (Moldova orientale) nous délivre nos Diplômes d’Études Supérieures Spécialisées. Nous sommes « la première promotion » jetée dans la Mare et nous n’avions aucune idée des Iles Solovki, du GULAG, nous faisons mine d'ignorer la Censure... Après cinq années d’études universitaires, nous sommes des « Rédacteurs littéraires », fabriqués par l’URSS. Quelle histoire allons-nous pouvoir-vouloir rédiger dans les pages des « organes » de presse du Parti Communiste sautant comme cela diplômés (déplumés) encore en plein délire triomphaliste du régime soviétique ? Nous étions nus et nos Diplômes d’études littéraires politisées à des doses empoisonnantes n’étaient que des pierres qui nous serraient le cou et nous attiraient au fond de l'Histoire…

    Quarante ans plus tard, tout aussi dénudée, lorsque mes anciens collègues de la Promotion 1980 me demandent, comme si de rien n'était, un texte pour un Album ( ?), j’essaie de donner corps à ce qui ne peut se dire lorsqu’on est noyé dans la boue idéologique. Ce texte ne verra pas le jour dans le contexte prévu. Encore raid(e) dans mon rapport à la mémoire, je le publie ici en roumain, c'est sa version originale :

     

     

     

    Cu intarziere de patru decenii îmi dau seama că în anii de studenție eram pe cât de curioasă pentru literatura pe care o citeam, pe atât de oarba in ceea ce priveste sistemul totalitar, colonialist în care existam. Recunosc cu tulburare că a trebuit să trăiesc 20 de ani în Franța pentru a mă deștepta un pic în materie de libertate de spirit. Mi-i rușine si acum că nu am protestat împotriva suprimarii cursului nostru de limba latină la universitate. Ma trec fiorii să revad lista de materii cu care am fost indoctrinați : cum nu ne-am iesit din minți ?! 

    In anii aceea tineri, imi admiram prietenele dragi si colegele de studenție, mă simțeam intimidată de tăcerile lui Val Butnaru, eram pierdută în fața tiradelor misterioase ale lui Virgil Bohanțov, disparut din păcate…

    Cursul de literatură universală al tânărului profesor Sergiu Pavlicencu, tot ceea ce ne-a transmis cu vocea și privirea sa seducătoare, și până acum ma poartă-n lume, îi rămân profund recunoscătoare.

    Ii datorez mult, chiar imens, frumoasei si sclipitoarei Doamne Valentina Hristov-Bradu, regretata mea profesoară de franceză. Înainte de a o întâlni, limba rusă nu prea lăsa aer francezei mele învățate cu sârg la scoala, și doar numai cu această iubită profesoară, limba franceza a inceput să respire, să trăiasca. Nu în zădar, visul meu de copil de-a deveni scriitoare se realizează începând cu 2016 anume în limba franceză, limba prin care la zece ani am avut acces la alfabetul latin de care ne era dor fara sa stim că e si al nostru, al instrainatei noastre limbi române 

     

     

    Comment ce texte peut-il se traduire en français? 

     

    Une phrase ou deux peut-être:

    Encore maintenant j'ai honte de ne pas avoir protesté contre la suppression de notre cours de latin à l'Université (on l'a remplacé par l'histoire de la presse bolchevique, cours tenu en russe par un personnage débarqué express de Moscou! )

    J'ai des frissons à revoir la liste de matières d'études dont nous avons été endoctrinés: comment se fait-il que nous n'avions pas perdue la raison, que nous ne sommes pas fous? 

     

     

    étions-nous des vivants?

     

     

    Le Silence était de mort.

     

     

    Personne ne parlait de "L'archipel de Goulag"  publié par Soljenitsyne à Paris en 1973 ... époque à laquelle en Moldova orientale, sertie dans l'URSS, notre génération entrait dans la vie pour se boucher les oreilles et pour se taire...

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique