• Sois toujours mort en Eurydice...

     

     

     

     

     

    Les Sonnets à Orphée    ...avec Rainer Maria Rilke

     

    Sois toujours mort en Eurydice – et plus chant que
    jamais
    remonte, et plus louange, ainsi remonte au pur rapport.
     

    Ici, chez les passants, sois, au royaume où tout prend fin,
    sois un verre qui sonne et dans le son déjà se brise.
     

    Sois – et sache à la fois la condition qu’est le non-être,
    l’infini fondement qu’il est de ta ferveur vibrante,
    et donne à celle-ci, unique fois, pleine existence.

     

    Rainer Maria Rilke, « Les Sonnets à Orphée II »,

    in Œuvres poétiques et théâtrales, Gallimard, 1997, p. 607.

     

     

    PS: Extrait de mon essai "Rilke-Poème. Elancé dans l'asphère",

    L'Harmattan, 2017. Voir:

     

    http://luminitzatigirlas.eklablog.com/rilke-poeme-a147912408  

     

     

     

     

     

     

    « Alerte aux réverbérations ()15Portrait du poète en âne »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :