• Vasile Alecsandri - le Mistral roumain

     

     

    Attirée par la langue d'Oc et la Méditerranée, peut-être en égale mesure par les deux, j'ai déménagé en juin 2020 à Montpellier.

    Le 30 décembre 2020, jour inondé d'un soleil sans masque, en faisant un tour à Avignon, mes pas m'ont porté dans la cour de la Salle Marceu Bosqui, troubaire et tambourinaire, et là... surprise! -- une plaque m'a rappelé vers mes racines roumaines: 

    Vasile Alecsandri - le Mistral roumain

     

    Les archives de la Toile ont bien éclairé ma lanterne

    et j'ai eu envie à mon tour de partager avec mes ami(e)s lecteurs du monde

    ce que je viens d'apprendre ou réapprendre dans un contexte différent de celui de mon enfance en Moldova orientale.

     

     

    Frédéric Mistral et le poète roumain Vasile Alecsandri

    En mai 1878 se déroulent à Montpellier les premières grandes Fêtes latines organisées dans la mouvance de la renaissance d’oc. Comme pour toute rencontre d’inspiration félibréenne, et dans le souvenir des Jeux floraux du Moyen Âge, un grand concours de poésie est organisé. Cinquante-six poètes de langue latine concourent pour le choix du “Chant du Latin”, destiné à devenir l’hymne identitaire de la latinité. Parmi eux, trois auteurs de langue roumaine enverront des textes, une écrivaine anonyme de Tîrgu-Mures, un certain Romulus Scriban et Vasile Alecsandri.

    Le poème d’Alecsandri, Cîntul Gintei Latine - “Chant de la gent latine” - est couronné et largement diffusé dans la presse de l’époque, de Turin à New York en passant par Bogota. Cet honneur montpelliérain rencontre un écho important dans la jeune Roumanie, dont l’indépendance n’a été reconnue qu’un an plus tôt, et qui bénéficie ainsi d’un éclairage mondial. Des liens profonds se tissent dès lors entre les intellectuels roumains et les acteurs de la renaissance d’oc.

    Le poète national roumain Vasile Alecsandri et le grand poète de la Provence cherchent tous deux à sauver leur langue par l’invention d’une littérature qui puiserait aux racines populaires de leur pays. À Mircesti comme à Maillane, c’est “aux pâtres et aux gens de la terre” (Mistral), que le poète s’adresse.

     "Le nom d'Alecsandri est inscrit dans le ciel des bons génies de Provence, comme il l'est au panthéon des plus pures gloires latines et des immortels fondateurs de la nationalité roumaine" 

     Lettre de Frédéric Mistral à Pauline Alecsandri, 12 septembre 1890.

     A droite : Recueil de poésies roumaines de Vasile Alecsandri, “traduites en vers provençaux” par Alphonse Tavan, 1886.

      Au-delà de la relation de profonde amitié qui lie les deux grands poètes, s’ouvre avec les Fêtes latines de Montpellier une décennie de roumanophilie dans les milieux de la renaissance d’oc à laquelle répond l’attachement d’Alecsandri à la culture occitane au point de se nommer lui-même “trobaire d’Orient”. L’amitié roumano-occitane culmine lors des Jeux floraux de 1882 en présence d’Alecsandri, alors président du Sénat roumain. Les félibres vont alors trouver dans la reine de Roumanie, poète sous le nom de Carmen Sylva, l’héritière de la légendaire Clémence Isaure de Toulouse. La reine de Roumanie, à laquelle de nombreux poètes dédient des compositions en langue d’oc, est déclarée Maître des Jeux floraux en 1883.

     

    Vasile Alecsandri - le Mistral roumain

    La Gent latine est la reine
    Des nations de l'univers
    Son étoile, fixe et sereine,
    Scintille au fond des cieux ouverts.
    Vers d'immortelles destinées,
    Elle marche d'un pas certain,
    Versant aux gentes inclinées
    Tous les rayons de son matin.

    La Gent latine est une vierge
    Au charme doux et ravissant ;
    L'étranger vers elle converge
    Et l'adore en la bénissant.
    Belle, vive, joyeuse et fière,
    Sous le ciel bleu, dans l'éther pur,
    Elle rit dans la lumière,
    Et se baigne en des flots d'azur.

    La terre à la Gent latine
    A tout donné : or, blé, rayons ;
    Et, largement, sa main divine
    Les répartit aux nations.
    Mais, terrible dans sa colère,
    Rien n'arrête son bras vengeur,
    Lorsque la tyrannie altière
    La menace en son honneur.
    Lorsque viendra l'heure suprême
    Et que Dieu lui demandera :
    " Je t 'ai donné le diadème,
    Qu'as-tu fait ? " elle répondra,
    Ayant à sa droite la Victoire,
    A sa gauche la Vérité :
    " Sur la terre, pour ta gloire,
    Mon dieu, je t'ai représenté. "

    Vasile Alecsandri, Le chant de la Gent latine, 1878.

     

    http://francais.agonia.net/index.php/poetry/1835436/Le_chant_du_latin



    Ce texte a été couronné du premier prix lors du congrès des Félibriges à Montpellier en 1878. Son auteur, Vasile Alecsandri, a été un très bon ami de Frédéric Mistral. En tant qu'homme de culture et sénateur, V. Alecsandri a énormément contribué au renforcement des liens culturels entre la Roumanie et le Sud de la France, entre la Moldavie, sa province natale et la Provence, mettant en valeur l'origine latine commune de nos langues et peuples.
    Ce poème et ce commentaire nous ont été transmis par R. Bena, Consul Général de Roumanie à Marseille.

     

     

     

     

    https://www.babelio.com/auteur/Vasile-Alecsandri/337947

     

     

     

    Vasile Alecsandri - le Mistral roumain

     

     

     

    Vasile Alecsandri - le Mistral roumain

     

    (Les photos d'Avignon m'appartiennent - Luminitza C. Tigirlas, 30.12.20)

    « Lueur du LezCorps rassemblé »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Louvin
    Samedi 2 Janvier à 21:02

    On chante ici les racines éternelles espérons le de l'Europe des "européens" qui cimenteront ces amitiés jusqu'à la grande première déchirure de l'Europe, la vraie, l'éternelle et celle que l'on aime comme des fous. Ah ! que renaissent les européens et leur esprit qui est notre vraie source.

    Merci Luminitza C. Iigirlas de nous rappeler cette richesse trop rarement évoquée.

    Gérard

      • Dimanche 3 Janvier à 07:17

        Tant que la poésie réunit les hommes, il y a de l'espoir...

        Merci à vous d'avoir lu attentivement ces textes.

    2
    leo
    Dimanche 3 Janvier à 09:19

    Excelent, bravo! Cel puțin într-un  cerc al nostru de prieteni și colegi am tot îngânat, sonor, Cântecul Gintei Latine. Ți-l amintești:

    Cântecul Gintei Latine

     
    De la Dunăre la Sena
    Din Carpați la Pirinei
    Ginta nobilă latină
    Și-adună poeții săi
     
    Și ținând în mână o cupă
    Blând, ca mamă, le vorbi
    Cel ce va cânta mai bine
    Astă cupă va primi
     
    Toți iau lira și-o acordă
    Și toți cântă armonios
    Numai unul stă de o parte
    Și suspină dureros
     
    El e fiul cel mai june
    E poetu' Alecsandri
    El de dorul țării sale
    Abia poate a mai vorbi
     
    El ia cupa spre onoarea
    Țării sale românești
    Toată lumea îl admiră
    Pe poetul din Mircești

    Iată și o interpretare:

    https://lyricstranslate.com/ro/dan-constantin-vasilescu-c%C3%A2ntecul-gintei-latine-lyrics.html

    Felicitări, Luminița!

    3
    Danielle B-R
    Mardi 5 Janvier à 13:28

    Merci Luminitza de nous rappeler, et si joliment, que nous sommes, comme tant d'autres, latins, et que le peuple roumain est un peuple ami.

    Merci pour ce beau moment.

      • Mardi 5 Janvier à 17:21

        Chère Danielle, 

        Je suis très touché par la sensibilité dont vous me témoigner à l'occasion de cette lecture,

        merci infiniment.

        Que l'amitié et l'humanité guide nos pas des uns envers les autres, latins, orientaux ou autre...

        Chaleureusement vers vous, 

        Luminitza

    4
    Laurence A.
    Vendredi 8 Janvier à 09:42

    Chère Lumi,

     

    Merci beaucoup pour ces partages, qui nous ramènent au coeur de la poésie, de ses liens transculturels et translinguistiques, des paysages qui la nourrissent ou qu'elle évoque aussi.

    Tu nous fais redécouvrir une intimité secrète entre la terre d'oc et la Roumanie, que j'ignorais aussi, moi la presque catalane, amatrice de style, d'écriture et de musique.

    Ainsi les langues, les arts, la culture, infusent et se transforment, par la lecture, la traduction, la rencontre, la création.

    Chaleureusement à toi, en te souhaitant une belle installation dans ce nouveau lieu à occuper, emplir, élargir.

    Avec toute mon amitié.

     

    Laurence

      • Vendredi 8 Janvier à 11:30

        Chère Laurence, 

        Merci de tout coeur à toi pour ta lecture creative, ton ouverture et envol.

        Avec toute mon amitié et considération, 

        Luminitza

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :